Esthéticiennes Free lance : suivez les meilleurs conseils de Naturelia pour mener à bien votre projet en tant qu'indépendante dans le secteur du bien-être

L'esthétique en free-lance : conseils et exemple d’organisation

L'esthétique en free-lance peut être un choix ou parfois une obligation si vous êtes par exemple dans le cas où vous n'avez pas trouvé de CDI. Mais cette activité est-elle vraiment intéressante pour vous ? Quels sont les avantages ? Les inconvénients du free lance en esthétique spa ?

 

Naturelia vous donne toutes les réponses, les conseils dont vous pourriez avoir besoin pour vous développer en freelance dans le secteur du bien-être !

 

Qu'est-ce que le free-lance ?

Les freelance sont des professionnels qui travaillent ponctuellement avec d'autres professionnels.

Quand je dis ponctuellement, c'est vraiment important de retenir cette notion.

Vous n’êtes pas à la solde d'un employeur, dans le monde du free lance, vous avez un « partenaire » avec lequel vous allez créer un échange de compétences. Vous allez travailler AVEC cette personne et non pas POUR cette personne.

On a tendance à croire que le free-lance est la solution parfaite lorsqu’on recherche une employée. On imagine qu’avec une free-lance, on ne payera pas de charges, on ne l'appelle que lorsque c’est nécessaire et quand il y a personne, la free-lance reste chez elle, c’est l’idéal.

Attention, ce n’est si simple que ça.

Il y a toute une législation autour des free-lance, on se doit de la respecter.

Si vous avez besoin de quelqu'un dans votre institut d'une façon constante, plus de 20 heures par semaine par exemple, travailler avec une free-lance sera compliqué, puisque par définition, une free-lance a plusieurs partenaires professionnels et ne peut se consacrer totalement à un.

A partir du moment où la free-lance travaille avec un seul partenaire cela est considéré par l'Urssaf comme du travail dissimulé.

Donc, en tant que free-lance, à partir du moment où vous avez un partenaire, qu’il s’agisse d’un hôtel, une chambre d'hôte, un spa, un institut, un camping de luxe… pensez immédiatement à entamer les démarches pour en trouver un second.

Ne vous contentez pas de deux partenaires, passer à trois, quatre, cinq, six.

L’important est d’avoir plusieurs contrats signés pour éviter toute ambiguïté au niveau législatif.

 

Les partenaires du free lance en esthétique

Il y a des partenaires chez qui vous allez intervenir physiquement, par exemple les hôtels, les prothésistes ongulaires, les naturopathes, les associations mais il y a aussi les partenariats au niveau de la communication comme les chocolatiers ou les photographes, ces professionnels ont des clientes qui peuvent être intéressées par vos services.

Nouez des partenariats de communication car en tant que free-lance vous avez besoin de vous faire connaître et d'avoir des alliés dans la même ville, le même secteur.

Il vous faut absolument des alliés, vous ne pouvez pas être toute seule dans votre coin et imaginer que d'un coup tout va démarrer pour vous, que les partenaires vont se bousculer à votre porte.

Vous devez tisser un réseau de relations et à partir de là, votre activité va commencer à bouger.

 

 

Les horaires du free lance esthétique

En tant que free-lance, vos horaires sont flexibles mais l’employeur doit respecter certaines limites.

L’employeur ne peut pas vous appeler pour une épilation des sourcils à 10h00, un soin visage à 14h00 et vous recontacter pour un modelage en nocturne.

Votre partenaire ne doit pas abuser de votre disponibilité.

Vous êtes dans votre droit, vous êtes une professionnelle indépendante et non une employée. Rappelez-vous qu’il n’y a personne au-dessus de vous et donc aucun lien de subordination.

 

La comptabilité de l'esthéticienne free lance

En ce qui concerne la comptabilité, le statut de free-lance ne vous autorise pas à faire vos petites affaires dans votre coin. Vous vous devez d’avoir une bonne gestion, il s’agit donc tout simplement de tenir une compatibilité claire et rigoureuse car vous n'êtes pas à l'abri d'un contrôle.

 

Le contrat de la professionnelle du bien-être free lance

Travailler en free-lance ne vous dispense pas de signer un contrat. Le contrat est vraiment très important, c'est sur ce document où tout est précisé et sur lequel on se basera en cas de problème : Qui apporte quoi ? Qui fournit le matériel ? Qui nettoie la cabine une fois le soin terminé ? Ce ne sont que des petits détails mais c'est toujours sur ce genre de choses que les problèmes commencent par arriver. Un malentendu : « Mais ce n'était pas vous qui deviez apporter ça, mais je croyais que c’était fourni… Qui prend les rendez-vous, vous ou moi... » Tout ça il faut le clarifier par avec un contrat.

 

Le statut de l'esthéticienne / spa praticienne free lance

Free-lance n'est pas un statut juridique, traduction : vous n’aurez pas de numéro siret spécial « freelance ». Vous devez être auto-entrepreneur ou avoir une eurl, ei, sarl peu importe mais vous devez être immatriculé, ce n'est pas un statut à part entière. Vous êtes obligé de vous enregistrer auprès des services compétents.

 

La concurrence du professionnel de la beauté en free lance

Devenir free-lance c’est devoir affronter quotidiennement une rude concurrence. Il y a plusieurs années, les free-lance, étaient des personnes expertes dans leur domaine qui après une grande expérience avec un patron avaient envie de décider de leurs horaires, de la façon de travailler, de la marque… Elles proposaient alors ponctuellement leurs services à des entreprises de façon indépendante.

Aujourd'hui ce n’est plus du tout le cas, à peine sorties de l’école, des esthéticiennes sont déjà en free-lance, d'où la méfiance de certains employeurs. L’employeur aura peut-être du mal à faire confiance à une toute jeune professionnelle pour rentabiliser l’institut en son absence entre 12h00 et 14h00 par exemple. La free-lance aura peut-être les clés de l'institut et se retrouvera seule face à ses clientes. Imaginez à quel point l'employeur doit faire confiance ? La concurrence est donc particulièrement rude. Vous devez vous démarquer par votre professionnalisme et votre rigueur.

 

Les avantages – Les inconvénients du free lance en esthétique

Pas de patron, personne n'est au-dessus, vous n’avez donc normalement pas d'obligation à part des obligations morales envers les partenaires avez lesquels vous travaillez.

Le contrat et les engagements sont simplifiés. Le contrat de free-lance n'est pas compliqué et ne contient pas énormément de clauses spécifiques. Il s’agit d’un contrat aussi simple qu’indispensable.

Le montant des revenus est non plafonné mais dans un sens comme dans l’autre.

C’est-à-dire que vous pouvez gagner 250 euros dans le mois et 2500 euros le mois d'après. Attention à ne pas négliger cet aspect.

Si vous avez une famille à gérer, un foyer ou des obligations diverses au niveau financier attention en tant que free-lance vos revenus ne sont pas réguliers. Vous ne toucherez pas la même somme tous les mois, ce n’est pas envisageable pour tout le monde.

Vous devez tout faire vous-même. Vous êtes une petite entreprise à part entière même sans local et malgré tout : la communication, la gestion, le marketing… c’est vous !

Votre contrat peut s'arrêter du jour au lendemain sans raison particulière. Tout se passe bien avec votre partenaire, mais il n’a plus besoins de vos services, il vous demande de reprendre vos affaires et de partir. Votre partenaire à tout à fait le droit d’agir ainsi.

En tant que free-lance vous êtes à la disposition de la personne qui emploie vos services. De votre côté, vous pouvez tout à fait stopper le partenariat du jour au lendemain. En tant que free-lance, vous bénéficiez donc d’une grande liberté mais attention, cette liberté va dans les deux sens.

Vous pouvez être pénalisée par une guerre entre concurrents.

Attention, étant donné que vous travaillez pour plusieurs sociétés en même temps qui se trouvent généralement dans une même zone géographique, il va falloir être très subtile dans la façon dont vous allez gérer la transmission d'informations avec chacune des personnes avec lesquelles vous travaillez. Tout en sachant que vous êtes soumise au secret professionnel, vous ne pouvez révéler à un partenaire ce qui se passe chez son concurrent.

Gardez toujours à l'esprit qu’en tant que free-lance avec plusieurs partenaires vous avez des obligations morales vis à vis des employeurs, vous ne devez rien dévoiler de ce qui se passe dans les différentes sociétés. Soyez très rigoureuse sur ce point parce que cela peut se retourner contre vous, vous serez accusée de ne pas avoir respecté le secret professionnel et vous perdrez votre partenariat. Donc, pour les pipelettes, attention au free-lance car il faut vraiment être très discrètes !

 

Trouver un partenaire lorsqu'on est esthéticienne free lance

Soyez très pédagogue et persuasive pour expliquer aux entreprises pourquoi elles ont besoin de vous. Pas question de téléphoner à un spa en disant : « Bonjour, je vous propose mes services en free-lance pour tel type de soins ». Personne ne sera intéressé par cette démarche. L’idée est de convaincre l’employeur qu’il a besoin de vous.

 

Pour cela, vous devez tout d’abord analyser quels seraient ses besoins potentiels. Par exemple, un spa de quinze cabines avec trois esthéticiennes a inévitablement des cabines vides. Qui dit cabines vides, dit qu'il y a forcément des choses à exploiter car, actuellement, du chiffre d’affaires se perd.

Autre exemple, cet institut ferme à l’heure du déjeuner entre 12h00 et 14h00, grâce à votre présence, il pourrait peut-être rester ouvert...

Visitez les sites internet des espaces de bien-être pour analyser les besoins et avoir des arguments. Vous pourrez ainsi proposer judicieusement vos services.

Si vous n’êtes pas pugnace, tenace, ce sera compliqué de signer des contrats. Il faut vraiment que vous ayez ce tempérament d'aller chercher votre contrat, de convaincre l'employeur, de négocier votre pourcentage, si vous êtes trop timide, trop renfermée sur vous-même, si vous avez du mal à argumenter, il ne va absolument rien se passer.

Beaucoup d’esthéticiennes se lancent en tant que free-lance et n'arrivent même pas à décrocher un seul partenariat. Après six mois, sans aucun partenaire, elles argumentent qu’il n’y a pas de travail pour elles dans leur région. Mais ce n'est pas ça le problème, en tant que responsable d'une agence de recrutement j'ai des employeurs auxquels je ne trouve pas d’esthéticiennes !

Des emplois il y en a et en tant que free lance, il suffit d’avoir la bonne proposition, car il y a toujours du chiffre d’affaires que l’on peut récupérer quelque part. Il faut avoir cette capacité de pouvoir déterminer les opportunités, les présenter à l'employeur et lui dire : « La solution c'est moi. Je peux aller chercher ce chiffre d’affaires que vous n'avez pas et rentabiliser des cabines, des plages horaires. »

Il est extrêmement important d'avoir ce côté un peu opportuniste de temps en temps parce que si vous attendez qu'il se passe quelque chose ça risque d'être très long...

Gardez bien à l’esprit que vous devez absolument faire gagner de l’argent à l’entreprise au moins trois, quatre, six fois votre paye sinon, il n’y a aucun intérêt à vous garder.

 

L’idéal serait de connaître précisément ce que vous rapportez à votre partenaire : fidélisation, nouvelles clientes, acquisition de clientèle, vente de produits... Vous devez connaître vos chiffres. Généralement, vous avez des caisses électronique et tout est enregistré, c’est facile et très important de connaître votre potentiel commercial : quel est votre chiffre d’affaires cabine, ventes additionnelles…

Ainsi, lorsque vous vous présentez à un partenaire vous pourrez lui détailler le chiffre d’affaires que vous réalisez en moyenne par mois, le chiffre d’affaires réalisé par cabine pour telle fréquentation et tant de clientes, le montant de votre panier moyen. Soyez un petit peu technique il ne suffit pas de dire : « Je suis une excellente esthéticienne, prenez-moi ! ».

Ça ne marche plus.

 

Les profils free-lance esthétique les plus recherchés

Les profils peuvent être vraiment très différents : des esthéticiennes salariées, d’autres qui ont leur propre structure, et d’autres encore qui font exclusivement du free-lance, des esthéticiennes à domicile qui proposent ponctuellement leurs services.

Si vous avez votre propre structure vous pouvez tout à fait décider d’ouvrir cinq jours par semaine et de travailler en free lance les jours restants ailleurs. C’est possible.

Si vous êtes salariée, n’oubliez pas de vérifier votre clause de non concurrence mais soyez toujours honnête avec votre employeur. Si votre contrat ne mentionne pas de clause de non concurrence, cela signifie que vous pouvez ponctuellement prodiguer des soins ailleurs mais soyez sincère, n'essayez pas d'aller manger à tous les râteliers.

Prévenez votre employeur car c'est toujours très mal perçu et vous risquez de perdre vos deux contrats car les employeurs sont quand même solidaires entres eux pour ne pas laisser une employée faire tout et n’importe quoi. Donc prévenez bien votre employeur si vous décidez de faire du free-lance ailleurs, même si vous n'avez pas de clause de non concurrence.

Certaines esthéticiennes imaginent que les contrôles ne sont pas si fréquents, qu’elles ne risquent pas grand-chose, qu’un contrat est toujours contraignant… Attention, si vous partagez également ce point de vue, sachez que vous risquez gros parce que vous risquez de vous faire dénoncer. Et en esthétique, en ce moment, il y a beaucoup de dénonciations et vous vous ferez contrôler.  Donc, signez un contrat, toujours.

Mal connaître ce statut c'est s'exposer à de lourd préjudice. Le free-lance paraît simple, c'est un peu la fête : on travaille à droite à gauche, on choisit ses produits, ses horaires... mais gardez à l'esprit que vous êtes toujours contrainte de payer vos charges.

 

Avant de vous lancer en tant que free lance dans le secteur esthétique

Avant de vous lancer faites une courte étude de marché pour déterminer quelle est l'offre et la demande dans ce secteur. Est-ce que les gens ont besoin de vous ? Il ne suffit pas de se dire : « Je vais me mette en free-lance ». Il faut qu'il y ait une réelle demande. Une fois la certitude d’un besoin, vous décrochez votre téléphone, vous appelez des employeurs. Demandez-leur ce qu’ils pensent du statut free-lance, est-ce qu’ils seraient tentés éventuellement de travailler avec des free-lance ?

Vous commencez ainsi déjà à récupérer quelques objections vous pourrez ainsi travailler correctement en amont sur les réponses.

L’étude de marché vous permettra également de vous informer sur la concurrence. Vous décidez de vous lancer en tant que free-lance et vous réalisez rapidement que vous êtes déjà 25 sur le créneau et que 15 n’ont aucun partenaire.

Ne vous lancez pas sur un coup de tête, prenez le temps d'analyser, ne faites surtout rien à la légère.

 

Le budget d'une free lance en esthétique

Avez-vous prévu un budget pour avoir de l'avance financièrement ? Être en free-lance c'est être à la tête d’une mini-entreprise. Impossible de se lancer comme ça du jour au lendemain avec des cartes de visites faites en une minute et à cinq euros sur internet. Il vous faut quand même une base financière. Admettons que les trois premiers mois votre activité ne démarre pas, quelle est votre solution pour payer votre loyer?

 

Sans finances, comment communiquer avec des flyers qualitatifs qui donnent une bonne image de vos services ? Tout cela se prépare, pas question, de se dire du jour au lendemain : « Je dessine toute seule mon logo, une carte de visite et allons-y, c’est parti ! ».

Non vous devez prévoir un budget. L’argent, c'est toujours le nerf de la guerre. Si nous n'avez pas le budget maintenant, prenez le temps de l'avoir et lancez-vous après, vous serez soulagée quand vous pourrez proposer des choses qualitatives et mettre en avant votre expertise au lieu de vous contenter de bricoler avec des petits bouts de ficelles qui traînent à droite à gauche.

 

Le rythme de vie d'une esthéticienne free lance

Bénéficiez-vous du soutien de votre entourage ? Être free-lance signifie travailler les jours fériés, le dimanche, en soirée, à l’heure déjeuner.

Problème : ce sont justement les moments où les enfants et Monsieur sont là, comment vont ils gérer toutes ces absences ? Réfléchissez bien à la compatibilité de cette activité avec la vie que vous souhaitez avoir. Tout le monde ne peut pas travailler en free lance, il faut une grande disponibilité sinon ça ne sert à rien.

Si vous commencez à dire à votre partenaire professionnel que vous n’êtes disponible que le mercredi de 18h00 à 20h00 dans la semaine et qu’il ne compte pas sur vous les week-ends et les jours fériés, vous n'intéresserez personne.

 

Le réseau d'une free lance en esthétique qui cartonne

Personne ne viendra à vous. Un réseau, ça se construit, ça s’active. Il faut absolument que vous développiez cette capacité de tisser des liens avec des gens, de leur faire profiter de vos services aussi, qu’ils puissent parler de vous.

Ça ne fonctionnera pas si vous restez toute seule dans votre coin car comment trouver des opportunités de postes ? Et bien c’est quelqu'un qui connaît quelqu'un qui connaît le directeur d'une structure qui va vous faire rentrer dans un hôtel, un spa etc.

C'est rarement vous qui avez le contact, c'est souvent quelqu'un qui vous introduit vers quelqu'un d'autre et c'est comme ça que tout fonctionne dans la vie la plupart du temps.

 

Votre expérience en tant que free lance esthétique : un sésame

Vous avez de l'expérience à mettre en avant ? C'est toujours rassurant pour l'employeur mais ce n’est pas forcément indispensable même si c'est largement conseillé. Retenez que si vous êtes une esthéticienne et une communicante exceptionnelle : que vous ayez 20 ans ou 50 ans, vous trouverez des partenaires professionnels.

 

Free-lance esthétique et sous-traitance

On peut parfois vous proposer un contrat de sous-traitance ce n'est pas forcément un problème car les comptable sont plus habitués à ce contrat que le contrat free-lance. Renseignez-vous là-dessus il y a une différence qui est très importante notamment au niveau du paiement des charges et de l'encaissement des prestations.

Voici un mail que nous a envoyé une cliente que nous avons accompagné en coaching et qui illustre une situation en rapport avec la proposition d'un contrat de sous traitance :

 

« Bonjour,


Je suis prothésiste ongulaire auto entrepreneur et j'ai signé un contrat de prestation de service avec un institut de beauté.

Ce contrat précise entre autre que "sous rétrocession de la somme de 20% de mon chiffre d'affaire encaissé, l'institut met à ma disposition une partie du local ".

Le mobilier, les matières premières sont à fournir par mes soins.


Or la patronne des lieux vient de m'informer qu'après avoir fait des recherches plus poussées sur les papiers relatifs au bail : elle n'a pas le droit de sous-louer son local ni d'y héberger quelqu'un à titre gratuit et craint que son propriétaire l'expulse des lieux et lui réclame des dommages et intérêts.


Son comptable lui suggère de transformer le contrat freelance en contrat de sous traitance et qu'il faudrait que ce soit elle qui encaisse mes prestations et me reverse une rétrocession.
Pouvez-vous m'expliquer quelle est la différence entre un contrat de sous traitance et un contrat de prestation de service ( contrat free lance)? »

 

Explication :

 

Dans le cas d'un contrat de sous-traitance, c'est votre partenaire qui paie les charges : cette solution est financièrement plus intéressante pour une esthéticienne.

En revanche, c'est votre partenaire qui encaisse TOUTES vos prestations et en contrepartie, vous lui faîtes une facture à la fin du mois.

 

Le contrat de sous traitance permet à votre partenaire de déclarer qu'il héberge dans son local commercial quelqu'un qui travaille « pour » lui.

 

Avec un contrat free-lance il ne pourrait pas travailler avec vous étant donné que cela voudrait dire qu'il y a 2 entreprises au sein de son local, ce qui nous l'avons vu plus haut, est interdit par son bail.

 

La véritable question à se poser est : qui encaisse l'argent de vos prestations ?

 

Si c'est l'employeur, vous avez tout intérêt à souscrire un contrat de sous-traitance.

Si c'est vous, vous pouvons fonctionner avec un contrat free-lance.

 

Si vous souhaitez faciliter et sécuriser vos futurs partenariats professionnels, vous pouvez vous procurer le fameux contrat type free-lance en vente dans votre centre de formation NATURELIA.

Il est modifiable et adaptable à vos propres partenariats. Contactez-nous !

 

 

Contactez-nous

Nos services

Lorem

Formation en présentiel
ou  à distance

Lorem

Conseils personnalisés

Lorem

Catégorie : Actions de Formation